Glaucome

Le glaucome est une maladie silencieuse et dégénérative du nerf optique, représentant la première cause de cécité irréversible en Occident. Elle se caractérise généralement par une pression intraoculaire trop élevée qui écrase le nerf optique, détruisant peu à peu les fibres nerveuses qui connectent la rétine au cerveau. Les raisons de l’augmentation de la presse oculaire sont encore inconnues à ce jour.

S'il n'est pas détecté à temps, le glaucome entraîne une réduction du champ visuel progressive et sournoise remarquée par le patient souvent très tardivement et à terme, la perte de la vue.

Les types de glaucome

  • Glaucome chronique
  • Glaucome aigu
  • Glaucome réfractaire

Le dépistage du glaucome

Le seul moyen de dépister le glaucome à temps est d'effectuer un contrôle chez un ophtalmologue, conseillé tous les 3 ans dès l'âge de 40 ans. Effectué par des médecins spécialistes en ophtalmologie, ce test indolore et inoffensif dure environ 20 minutes. Le médecin utilise une lampe à fente émettant un faisceau lumineux afin d’observer l’intérieur de l’œil. Il prend ensuite la mesure de la pression oculaire et examine le fond de l’œil, ce qui permet une analyse soigneuse du nerf optique et de la rétine.

Traitement du glaucome

Le traitement du glaucome repose sur une diminution de la pression intraoculaire (à ne pas confondre avec la pression artérielle). Il existe trois méthodes pour abaisser la pression intraoculaire: les collyres, le laser et la chirurgie (Minimal Invasive Glaucoma Surgery – MIGS, ou chirurgie filtrante).

Votre ophtalmologue vous propose celle qu’il estime la plus apte à préserver le plus longtemps possible votre vision et la plus adaptée à la situation actuelle.

La chirurgie du glaucome

L'opération du glaucome ne peut ni supprimer le glaucome, ni améliorer la fonction visuelle, ni réparer les lésions dues au glaucome qui sont irréversibles. Son objectif est d'abaisser la pression intraoculaire pour ralentir, voire stopper, l'évolution du glaucome en créant un canal de drainage alternatif.

  • La chirurgie filtrante : Elle consiste à réaliser un drainage entre la chambre antérieure et l’espace scléral ou sous conjonctival. Dans certains cas, l’insertion de moyens mécaniques (implants) ou chimiques facilitant la filtration peut être nécessaire. Il existe deux techniques reconnues: la trabéculectomie, qui consiste à exciser une petite partie du filtre trabéculaire, ce qui nécessite l’ouverture de l’oeil pendant l’intervention ou la sclérectomie profonde, qui consiste à n’exciser que la partie externe du filtre sans ouverture de l’œil.
  • La chirurgie avec le tube de Baerveldt : Elle consiste à ouvrir un volet dans la sclère (« blanc » de l’œil) pour y placer un implant de Baerveldt. Il s’agit d’un tube de silicone, permettant de drainer l’humeur aqueuse de la chambre antérieure (partie de l’oeil entre la cornée et l’iris) vers l’espace orbitaire, derrière l’oeil. Le tube est relié à un plateau, également en silicone, qui a pour particularité d’être courbé de façon à se placer aisément sur le globe. Ce plateau est fixé derrière l’œil, ce qui permet à l’humeur aqueuse d’être drainée dans cet espace orbitaire.
  • L'eyeWatch : Développé à Lausanne par la start-up Rheon Medical et le Professeur André Mermoud, l’eyeWatch est un dispositif microscopique, implantable directement dans l’œil et comparable à un micro-robinet, qui se règle à distance grâce à un disque magnétique. Utilisé dans le traitement du glaucome réfractaire, il permet de contrôler la quantité de liquide présent dans un œil atteint de glaucome.

Le choix du type d’intervention dépend de critères liés à votre glaucome que seul votre ophtalmologue est en mesure d’évaluer.

Pourquoi Swiss Visio ?

De par le nombre de publications, Swiss Visio est classé comme étant l’un des plus grands centres du glaucome d'Europe et réunit les plus grands spécialistes de cette discipline. De plus, grâce à son centre de recherche innovant, Swiss Visio bénéficie des dernières avancées dans le diagnostic et le traitement du glaucome.

Symptômes du glaucome

Ces maladies se développent souvent sans causer ni douleurs ni symptômes, d’où la nécessité d’un dépistage régulier.

Contactez-nous

Contact principal